Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Comme Gérald Darmanin, le ministre de la police, prépare une énième loi contre les étrangers il nous faut encore rappeler quelques fondamentaux parfois oubliés tant l'immigration est identifiée à un "problème". Tant le cadre où nos concitoyen-nes sont appelé-es à penser cette question est fixé par des droites (Macronie et LR) contaminées par le néofascisme, alignées sur le FN-RN.

C'est même la course à l'échalote entre les droites pour savoir qui sera le moins laxiste et donc le plus dur. Double peine assumée et revendiquée, concours pour savoir qui fera le plus d'expulsions, expulsions annoncées comme autant de victoires, confusion entre immigré et délinquant, "le bruit et les odeurs", les "quartiers perdus de la République" ou la version new-look des classes dangereuses, violeurs et tueurs semblent tous, à croire la presse de droite du Figaro à Valeurs actuelles, frappé de l'infâmante OQTF (obligation de quitter le territoire français).

Ne parlons pas de ceux qui prétendent que les bas salaires sont le résultat de la sur-exploitation de la main d'oeuvre immigrée, la crise de l'hôpital aux étrangers qui l'encombrent, l'hypothétique baisse de niveau scolaire aux enfants étrangers ou d'origine étrangère, la pénurie de logements aux étrangers logés (sous-entendu en faisant fi de la préférence nationale) etc etc on pourrait rédiger des pages de tous les maux dont la cause est l'immigration.

Hitler, en 1931, avait fait des affiches expliquant "500.000 chômeurs, 400.000 juifs, la situation est très simple". Le FN en 1972 affichait "3 millions de chômeurs, ce sont 3 millions d'immigrés de trop ! La France et les Français d'abord !"

Italiens, sales et bruyants, Espagnols, sales et bruyants, Polonais, sales et bruyants, Portugais, sales et bruyants, Nord-Africains, sales et bruyants, Africains, sales et bruyants. Et sans doute avant Auvergnats, Bretons ou simplement paysans, immigrant en ville, étaient sales et bruyants.

Et voleurs, voyous, délinquants étrangers remplissaient nos belles prisons françaises, là encore, sans accorder de préférence nationale à nos voyous nationaux. Quelle misère !

Et puis faites donc appel à une association pour faire garder vos vieux parents. Vous verrez à l'oeuvre le lepenisto- zemmourien "Grand Remplacement": les auxiliaires de vie, toutes des étrangères ! Dans les hôpitaux qui sont les aides-soignantes ? Dans les restaurants, joyaux de la gastronomie française (vous savez "Un bon vin , une bonne viande , un bon fromage"),  qui envahit subrepticement nos cuisines françaises ? Pas de dessin, on se comprend, Eux, les étrangers, ces envahisseurs venus d'une autre planète et n'ayant pas "vocation à rester en France" comme disait le bon Français Manuel Valls "Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres". Mon grand-père grec aurait bien dit un mot bien français à Valls après une vie à travailler en France et même, accessoirement, à combattre dans la Résistance française.

Bref tant que nous, la gauche, nous resterons enfermés dans ces mensonges, ces amalgames, ces imbécilités, ces fantasmes, on ne pourra pas vaincre la fascisation des esprits. Tant que nous ne rappellerons pas que tous les événements ont des causes et que les pauvres (étrangers ou pas) subissent des situations, des discriminations, des inégalités. Et ce sont ces inégalités sociaux-économiques et territoriales qui provoquent la délinquance, pas le fait de subir ou non une OQTF, pas le fait d'être noir ou blanc. La délinquance dont on nous abreuve les oreilles c'est une délinquance des milieux populaires, des pauvres. Pas des étrangers.

Evidemment quand la délinquance financière est couverte par la loi, quand "l'optimisation fiscale" est bénie par la loi, faut bien s'enrager contre les voleurs de bicyclette. 

Il est inadmissible que des gens se réclamant de la gauche entament les refrains des fachos à peine nuancés. Il est temps que nous rappelions que l'internationalisme est notre ADN. Le premier parti de la gauche unie en France, le parti de Jaurès, s'appelait Section française de l'Internationale ouvrière et son journal s'appelait L'Humanité. 

Il faut cesser de dire que "si tout va bien chez eux ils y resteront". C'est plus compliqué que cela et le développement inégal ne va pas disparaître parce que nous aurons ajouté 1% au budget de la coopération. Non ce que nous devons comprendre et dire c'est que notre rôle à nous, à gauche, est de dire la vérité au peuple. Que si notre société était mieux organisée, plus rationnellement, sans milliardaires qui pompent les richesses produites par le travail, alors nous n'aurions aucun problème pour accueillir nos semblables, nos frères, nos camarades, les humains. Dites "prolétaires de tous les pays, unissez-vous !" Redites cette phrase en réfléchissant à ce qu'elle veut dire. 

On se sent mieux après pour défendre les intérêts de tous les travailleurs et combattre la bêtise et la haine.

 

 

Antoine Manessis.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :