Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

            Décapitations des combattants de la résistance camerounaise par l'armée coloniale française lors de la guerre d'indépendance (1956-1971)  ​​​​​​

                 Cameroun : l'armée française décapitait les combattants indépendantistes

 

 

 Emmanuel Macron a du culot. C'en est presque fascinant. Mise-t-il sur l'ignorance de ses concitoyens et des Africains ou sur le mépris dans lequel il les tient? Peu importe. Restent les faits qui sont ahurissants.

C'est le Cameroun, sans doute le pays d'Afrique où le néo-colonialisme français est le plus évident, le plus visible, le plus caricatural que Macron choisit pour dénoncer la présence russe en Afrique.

Bref rappel. Le Cameroun ancienne colonie de la France est restée sous le joug français. L'UPC (Union des Populations Camerounaises), voulant une véritable indépendance fut anéantie par les troupes françaises et leurs collabos locaux. Napalm, massacres, assassinats ciblés des dirigeants, villages rasés, Ruben Um Nyobé le chef de l'UPC fut assassiné par l'armée française, comme des milliers de Camerounais...c'est une véritable guerre, un crime d'Etat que mena la France au peuple camerounais de 1955 à 1971. Qui en parle? Qui le sait?

Pour affermir sa main mise, Paris installe une de ses marionnettes en 1982 (pour en remplacer une autre) à la présidence du Cameroun, Paul Biya. Il est actuellement après 38 ans, et à l'âge de 88 ans, toujours président du pays. Après une dictature ouverte avec un parti unique, Biya a tenté de se rendre plus présentable avec un simulacre de démocratie qui cache fort mal sa véritable dictature. Dictateur corrompu jusqu'à la moelle il a volé des milliards à son peuple.

Bien entendu il fut toujours au service de l'impérialisme français, du FMI et de la Banque mondiale : privatisation, ouverture à la concurrence, réduction des dépenses sociales, etc. Les salaires des fonctionnaires furent réduits de 60 %, le secteur informel augmente très significativement, mais les classes dirigeantes ne sont évidemment pas affectées par ce programme et la France en tire grandement profit.

Voilà en un mot le pays que choisit Macron pour critiquer l'influence de la...Russie. Une présence qu'il qualifié "d'hybride", estimant que "la Russie a beaucoup diffusé des fausses informations sur le sol africain, avec des officines comme Russia Today ou Sputnik". Il a également visé des milices, comme Wagner, qui agissent en Afrique: "Les coopérations que nous avons vues se développer au Mali sont très préoccupantes". Que la France intervienne et envoie ses prétoriens partout en Afrique, où elle a des bases comme au Cameroun, c'est l'expression de l'attachement désintéressé de Paris pour l'Afrique. Que la Russie en fasse autant voilà qui est "préoccupant".

On se demande à qui s'adresse Macron tellement ce qu'il dit est un énorme mensonge d'un cynisme absolu. Les Camerounais ont payé le prix du sang pour savoir à quoi s'en tenir avec les gouvernements français depuis la fausse indépendance de 1960. Tous les Africains détestent tellement l'impérialisme français qu'ils sont prêts à se servir d'autres impérialismes pour desserrer l'étau français.

Et en plus Macron menace il "assure que la France, en tant qu'amie de l'Afrique, fera en sorte que ce schéma (malien) ne se diffuse pas trop." Mais de quoi se mêle-t-il? En tant "qu'ami de l'Afrique" la seule chose à faire est de lui foutre la paix et de dégager du continent noir.

Mais Macron fait mieux: il insulte l'Afrique! En effet il qualifie la position africaine dans la guerre en Ukraine "d'hypocrisie". Cela parce que les Africains refusent de condamner unilatéralement la Russie et de l'abreuver de sanctions aussi injustes que stupides et finalement inopérantes. Comme la Chine, comme l'Inde, comme l'Amérique Latine...comme l'immense majorité des pays du globe. Ce sont les Occidentaux qui sont isolés dans cette affaire.

Disons au moins et le plus fort possible pour que l'Afrique nous entende: "Vos mensonges, vos insultes et votre néo-colonialisme, pas en notre nom M. Macron."

 

Antoine Manessis.

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :