Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

L'élection d'Eric Coquerel à la présidence de la Commission des finances* est une victoire politique pour la gauche. 

En effet depuis le début de la nouvelle mandature se dessine un  front anti-républicain LREM, PS et RN qui faisait craindre le pire : l'élection d'un néo-fasciste à la tête de cette importante commission. Les droites ont même envisagé une présidence tournante...

Mais si les manœuvres de couloirs et les magouilles plus ou moins cachées entre macronistes, lepénistes et LR sont supportables politiquement , l'union franche qu'aurait nécessité le soutien macroniste au RN pour la Commission des finances n'est pas encore, fort heureusement, acceptable aux yeux de l'opinion.

Aussi a joué le fait que le candidat de droite indépendant Charles de Courçon ayant vu ses chances s'envoler quand un député corse indépendantiste (du même groupe que lui) a basculé du côté de Coquerel, s'est finalement désisté. Les liens tissés entre Insoumis et corses autonomistes et/ou indépendantistes dans le combat commun contre la corruption a porté ses fruits.

La droite et sa presse se déchaînent. Le Point , décidemment incorrigible, titre "Un trotskiste à la Commission des finances". Nous ne nous souvenons pas que Le Point ait titré en parlant de Madelin ou de Longuet "Un fasciste au ministère". Le Figaro tremble " Un idéologue à la tête de la Commission des finances". Il faudra tout de même que Le Figaro nous explique ce que c'est qu'un "idéologue"...La Tribune plus fairplay reconnait "C'est une victoire de taille pour la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). Son candidat, l'Insoumis, Eric Coquerel, a été élu à la présidence de la commission des Finances.../... C'est, en effet, un poste des plus stratégique."

Les LR dénoncent "l'élection d'un Député LFI et son idéologie d'extrême-gauche à la tête de la Commission des finances. De mauvais augure pour la France". Le  RN, qui s'y voyait déjà, dénonce, hystérique, une "piraterie" et une "trahison."                    

Au parti roussélien, son secrétaire, Fabien Roussel estime: "l'attribution de deux vice-présidences au Rassemblement national correspond aux choix des Français, qu'il faut accepter", prenant une nouvelle fois à contre-pied la Nupes qui a l'outrecuidance de critiquer le soutien de députés de droite et de la Macronie à des députés d'extrême-droite. Décidément, Roussel file un mauvais coton. 

 Quant au vainqueur, Eric Coquerel, il a déclaré: "Si je peux me servir de la levée des secrets fiscaux pour travailler avec la commission sur les questions d'évasion fiscale, je ne m'en priverai pas" assurant que cela était "quelque chose de très politique et qui n'a aucun rapport avec des vendettas politiques, personnelles". Ajoutant "Je compte rapidement qu'on voit un peu la différence avec les quinquennats passés, ou en gros, c'était souvent des présidents qui étaient un peu compatibles avec les visions de la majorité"

Coquerel veut faire de la Commission "un lieu de contre-pouvoir" et enfin JL Mélenchon admire "Un événement positif pour le pays". Nous aussi.

 

Antoine Manessis.

 

 

* Elle est chargée du contrôle et du suivi de l'exécution du budget, des recettes et dépenses de l’État, des questions de monnaie et crédit, des activités financières intérieures et extérieures, du contrôle financier des entreprises nationales et du domaine de l’État.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :