Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La Cour suprême des Etats-Unis, la plus haute instance juridique, vient de décider l'abolition de l'arrêt Roe vs Vade de 1973: le droit à l'avortement cessant d'être constitutionnel et fédéral. Les états fédérés pouvant donc abolir ce droit, ce que le Missouri, la Louisiane ou encore l'Alabama ont immédiatement fait. La moitié des états s'apprêtant à en faire de même.

La Cour suprême déclare la guerre aux femmes. Et particulièrement aux femmes les plus pauvres qui ne pourront pas se rendre dans les états qui maintiendront ce droit humain qu'est l'IVG. Ce n'est pas nouveau: les droits des travailleurs avaient été nié par la Cour suprême au nom de la liberté du contrat cher au libéralisme. Les droits des Afro-Américains également puisque la Cour suprême avait approuvé la ségrégation raciale.

La Cour suprême a simultanément autorisé le port d'armes en public dans l'État de New York. 

Notons que ceux qui saucissonnent les faits sociaux entre "sociaux" et "sociétaux" se plantent joyeusement.

Interdire l'avortement ou interdire les syndicats sont des faits sociaux et d'ailleurs relèvent de la même pensée réactionnaire ultra-conservatrice. Autoriser le port d'armes en public est sous-tendu par une même conception de la société, conception qui est l'expression idéologique d'une fraction du néolibéralisme, du néoconservatisme étasunien.

Cette décision met en danger d'autres droits comme la contraception et les mariages homosexuels.

Le courant "originaliste" (Une approche qui consiste à coller au plus près du texte de la Constitution des "Pères fondateurs") remporte une victoire sur ceux qui estiment que la Constitution est un texte vivant qui doit être interprété en tenant compte de l'évolution de la société. 

Mais derrière ce fondamentalisme constitutionnel il y a l'offensive de la droite extrême fascisante et trumpiste. Trump qui a commenté cette décision de la Cour suprême "C'est la volonté de Dieu". Le parti Républicain se déporte de plus en plus à droite. Dérive à laquelle s'ajoute l'intégrisme religieux très profond aux Etats-Unis des Evangéliques et autres sectes. Eglises très riches et qui financent les campagnes des candidats Républicains.

Ce processus doit être mis en perspective avec la crise d'hégémonie des E-U dans le monde qui bouscule les certitudes dans "la destinée manifeste" du pays.

A l'heure où certains Talibans, le mouvement est divisé, interdisent l'école aux filles et accentuent une domination patriarcale brutale, l'attitude de la "démocratie" oligarchique étasunienne nous prouve que les pires régressions sont possibles.

Les décisions étasuniennes, comme polonaises, contre la liberté et l'égalité des femmes s'accompagnent toujours de discours anti-féministes et simultanément d'attaques contre les droits des travailleurs. Notons que l'Eglise orthodoxe russe, sur la question de l'avortement, fait pression sur Poutine dont le conservatisme social offre un terrain propice.

Il serait grand temps qu'une fraction de la gauche cesse d'opposer et de diviser les fronts de lutte en tenant un discours pour le moins ambigu sur "la réapparition d’un mouvement ouvrier purgé de l’idéologie bourgeoise individualiste postmoderne qui l’a rongé de l’intérieur depuis Mai 68" (sic). Contrôler le corps des femmes ferait-il partie de la "purge"?

La gauche, à l'exemple de la France Insoumise, doit au contraire être à l'avant-garde de ce combat contre les offensives réactionnaires sur les questions de genre, de race et de classe. En effet rappelons que la FI avait proposé plusieurs fois que le droit des femmes à l'IVG soit inscrit dans la Constitution et que LREM s'y est chaque fois opposé. Tant mieux si la Macronie change d'avis sous la pression du camp progressiste renforcé après la législative.

 

Antoine Manessis.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :