Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Pour Philippe Poutou, la solution n'est pas dans les urnes : elle "est dans la rue, dans les grèves".

Il est vrai qu'avec des sondages à 1 ou 2% des voix on a tendance à minorer le poids politique des élections. Ce qui est, soit dit en passant, une faute politique. De plus il y a longtemps que les urnes et les luttes ne s'opposent pas mais sont vues comme des moments de l'affrontement de classe. Sans compter que, dans les faits, c'est plutôt le contraire, la dynamique électorale et la combativité sociale vont de pair et se soutiennent l'une et l'autre à l'exemple historique du Front populaire.

Et le vote utile ? "C’est compliqué que Mélenchon gagne ; c’est la théorie du trou de souris. On pense que cela va être très dur qu’il gagne. Il ne nous reste que les batailles sociales. Le rapport de force électoral ne permet pas d’imaginer une victoire de la gauche." Toujours cette opposition primitive et antidialectique élections/luttes. "Cela va être très dur qu'il gagne" ben...oui, et si il y avait moins de candidats qui bouffent 1 ou 2% pour rien, ça serait peut-être un peu moins dur...

Votera-t-il Mélenchon au second tour s’il venait à y être ? "J’appellerai bien sûr à voter pour Mélenchon, mais d’un point de vu lucide, la gauche ne peut pas gagner les élections. On essaye de discuter pour savoir ce que l’on fait." Passons sur le défaitisme et l'électoralisme de Poutou: "la gauche ne peut pas gagner les élections". Non, tu confonds Philippe, le NPA ne peut pas gagner mais le mouvement populaire le peut. Si les candidatures de division, face à leur Berezina annoncé, faisaient passer les intérêts généraux des salariés avant les calculs boutiquiers, la gauche pourrait gagner. Mais l'électoralisme, à peine caché sous le vernis du verbe révolutionnaire, est tel au NPA que la victoire de la gauche ne peut que signifier l'élection de Mélenchon. Or une élection est intéressante dans la mesure où elle contribue à la création d'un rapport de forces idéologique, politique, social. L'élection ce n'est pas seulement un résultat, c'est avant tout une dynamique. Par exemple la simple présence de Mélenchon au 2e tour serait déjà un élément central "pour savoir ce que l'on fait après".

"Il y a Mélenchon qui est en tête et on nous fait le coup du vote utile. Si Mélenchon passe par son 'trou de souris' et accède au second tour, ce sera à ce moment-là encore plus compliqué". Décidemment Poutou a du mal à analyser une situation puisqu'il la trouve toujours compliquée. Pourtant elle est d'une simplicité biblique: la victoire (répétons que celle-ci peut avoir plusieurs visages) de Mélenchon serait-elle oui ou non favorable au mouvement populaire ?  Les travailleurs y ont-ils un intérêt ? Et si la réponse est positive, ne faut-il pas tout faire pour remporter une telle victoire ?

On sent Poutou contrarié par le néant de son résultat dans prévisions sondagières (1%), on peut le comprendre mais surtout on doit lui demander de nous expliquer le pourquoi de sa candidature. Poutou veut discuter "pour savoir ce que l'on fait", ne devrait-il pas s'interroger sur le résultat mirobolant qu'on lui annonce et établir le lien qui existe peut-être entre sa candidature et son fiasco annoncé ? Et nous expliquer accessoirement pourquoi le NPA est donné à 1% quand Zemmour est à 11% ? Son analyse serait intéressante.

Poutou explique aussi que le vote NPA est utile: pour "affirmer que la politique ce n’est pas tous les 5 ans mais qu’il faut prendre nos affaires en main au quotidien pour gérer nous-mêmes la société. Un vote utile aussi pour dire qu’il faut exproprier les capitalistes et faire fonctionner la société sans logique de profit et de croissance, mais avec celle de la réponse aux besoins sociaux et écologiques". Désolé malgré ce discours digne de Miss France on ne voit pas 1) le lien entre le vote Poutou et ce qu'il prétend signifier, 2) en quoi voter Roussel ou Arthaud ou Mélenchon serait inutile de ce point de vue-là ? Utile est ce qui agit sur la situation politique: si le NPA obtenait 20% pour sûr ça serait utile. Utile aux luttes, aux classes populaires. Mais il se trouve que ce n'est pas ce vote que le peuple désigne comme utile mais celui de Mélenchon. Le peuple est-il infaillible ? Non. Mais l'action politique des révolutionnaires se fonde sur "l'analyse concrète de la situation concrète" et sur les possibilités crédibles qu'elle permet d'envisager.

Or en 2022, en France, dans le contexte idéologique et politique qui est le nôtre, et même la conjoncture internationale, n'est-il pas évident, même pour Poutou, que la seule, on dit bien la seule, perspective crédible d'alternative progressiste passe par le vote pour le candidat de l'Union populaire en tant que porteur d'une possible dynamique sociale aux conséquences potentiellement révolutionnaires.

 

Antoine Manessis.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :