Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

   En anglais, pour être compris dans le monde, les supporters de l'Etoile rouge de Belgrade manifestent

 

A l'heure où un unanimisme propagandiste et belliciste dégouline sur toutes les ondes et tous les écrans, quand les infos de 12h30 sur France-Culture ressemblent à Radio-Paris, un peu de pluralisme serait le bienvenu. Mais il est vrai que le pluralisme sous la Macronie consiste à interdire et à censurer. Ainsi les chaînes russes, Russia Today (RT) et Sputnik, ont été interdites comme si nous n'étions pas capables, nous "les gens de rien", de faire le tri entre info et intox. Macron pense pour nous.

Comme si nous pensions que Poutine est plus honnête que Macron. Ou l'inverse. Que le rapport à la vérité entre un oligarque russe et un oligarque français était différent. Comme si l'autoritarisme de l'un valait mieux que l'autoritarisme de l'autre. Oh certes, les styles sont différents et nous ne finissons pas aussi facilement au trou ici que là-bas à moins d'être gilet jaune ou syndicaliste combattif. Mais la tendance à l'autoritarisme est aussi l'expression de la difficulté des pouvoirs bourgeois à nous faire gober leurs mensonges. Et nous faire croire que leurs rivalités de rapaces sont l'expression de principes démocratiques. Elles ne sont en fait que la lutte entre leurs intérêts capitalistes.

Les impérialistes français, anglais, allemands ont précipité les peuples dans une boucherie sans nom lors de la Première Guerre mondiale. Ils ont présenté cela, dans les deux blocs opposés, comme la sauvegarde de la civilisation. Alors que la guerre en était la négation.

Ils tentent chaque fois le même coup: en 1956 Nasser était "le nouvel Hitler" parce qu'il avait nationalisé le canal de Suez et on (les socialistes déjà) envoya nos glorieuses troupes en Egypte. En 2003 les Etats-Unis dénoncèrent le "nouvel Hitler" Saddam Hussein, détenteur d'armes de destruction massive qui n'existaient pas, et ils détruisirent ce pays qui ne s'en est pas encore relevé.

Les peuples ne veulent pas la guerre et surtout ils savent par qui et pourquoi les guerres sont provoquées. Le capitalisme, voilà ce qui provoque les guerres, des guerres de brigandage impérialiste. 

C'est ce dont se sont souvenus les supporters de l'Etoile Rouge de Belgrade lors d'un match de leur équipe. Rappelant les innombrables agressions impérialistes depuis 1945 (voir l'illustration de l'article). Comme en écho internationaliste avec les supportes du Red Star de St Ouen et de leur tribune baptisée Rino Della Negra, en hommage au jeune footballeur et partisan FTP-MOI tombé à 20 ans en luttant contre le vrai Hitler.

Il ne s'agit pas de surinterpréter cette manifestation en délirant sur "le réveil des peuples, la révolte des esclaves dans le monde entier et la création de plusieurs Vietnam". Il s'agit d'une petite dose bienvenue de contre-poison pacifique. 

Car les peuples veulent la paix. Comme le dit la chanson de Boris Vian: 

S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président

 

Antoine Manessis.

 

 

 

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :