Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

                                           Comme le symbole de la Grèce combattante

                   Une jeune femme en tenus traditionnelle crétoise aux obsèques de Mikis.

 

Le cercueil de Mikis Theodorakis était arrivé en Crète jeudi matin par bateau, depuis Athènes, où il avait été exposé pendant trois jours dans la cathédrale de la capitale grecque. Un flot ininterrompu de plusieurs milliers de Grec-que-s a défilé devant le musicien et le militant.

Lors des obsèques de Mikis Théodorakis une cérémonie en présence de la famille, de la présidente de la République, Ekaterini Sakellaropoulou, du Premier ministre, du leader du KKE, Dimitris Koutsoumbas, et de Syriza, Alexis Tsipras, s'est tenue en l'Eglise Aghios Nikolaos de Galatas à La Canée en Crète.

Le secrétaire général du parti communiste, dont Théodorakis fut proche, Dimitris Koutsoumbas s'est adressé directement au compositeur: "Toute ta vie tu as tenu le fusil dans une main et tes partitions dans l'autre.../... Ta musique montre que notre monde doit changer et peut changer".

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis. "Nous disons au revoir comme il le mérite, au dernier grand Grec du 20ème siècle"

La présidente de la République avait qualifié Theodorakis de "professeur et modèle". "Tous ensemble, tous les âges et toutes les générations, nous disons adieu au Grec et à l'universel, au patriote et à l'internationaliste Mikis Theodorakis. Un symbole et un modèle."

Et le plus important : la présence du peuple grec uni et combattant comme il le fut avec l'EAM-ELAS.

 

Antoine Manessis.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :