Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Victimes des narco-paramilitaires d'extrême-droite

 

 

Il y a une dizaine d'années lorsque je donnais des cours à l'UPMF de Grenoble je commençais ceux-ci en citant une série de noms à mes étudiant-es. Ces noms je leur demandais s'ils les connaissaient. Évidence terrible, aucun-es n'en n'avait jamais entendu parlé. 

Ces noms étaient ceux de femmes et d'hommes assassinés parce qu'ils militaient pacifiquement dans des syndicats ouvriers ou paysans, des organisations de gauche, des activistes culturels, de l'action sociale, d'éducateurs... Jamais les médias de masse ne leurs consacrent un mot, une ligne.

Assassiné-es une deuxième fois. 

Et voici qu'aujourd'hui j'ai reçu de l'ami Maurice Lemoine son article intitulé:  Qui veut la peau du gouverneur de Caicedo ?

Remarquable, comme d'habitude. Mais ce qui m'a touché particulièrement ce furent ces premières phrases:

Il s’appelait Esteban Mosquera. Vingt-six ans. Symbole des luttes sociales en Colombie. La brutale répression des manifestations étudiantes de 2018 par l’Escadron mobile anti-émeutes (Esmad) lui avait coûté un œil. Durant la longue mobilisation du « paro nacional », du 28 avril à fin juillet 2021 (70 morts), il demeura un acteur de premier rang de la contestation. Le 23 août, Mosquera a été assassiné par des paramilitaires à Popayán. La mort de Mosquera passerait presque inaperçue. Bien d’autres ont subi le même sort. Johan Bonilla Bermúdez, 26 ans, l’un des leaders des manifestants de la« Primera Línea » (la première ligne) à Cali en 2021.Jesús Gutiérrez, lui aussi meneur des contestataires et pilier du Conseil d’action communal d’El Plateado, à Argelia (Cauca), disparu le 21 août, retrouvé mort le 25. Carlos Londoño Bautista, professeur à Fuente de Oro, membre de l’Association des éducateurs du Meta. María Dorfenis López Cordón, du Syndicat des travailleurs indépendants agricoles, également dans le département du Meta. Blanca Rosa Monroy, ex-guérillera des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), signataire des Accords de paix de 2016, assassinée le 2 septembre à Pereira. Un an auparavant, exécuté le 20 octobre 2020, Gustavo Herrera, directeur de la campagne présidentielle du candidat d’opposition Gustavo Petro dans le département du Cauca...

[....]

Depuis des lustres, ainsi devrait débuter tout article digne de ce nom consacré à la Colombie.

Combien Maurice Lemoine a raison. Et depuis des lustres nous devrions rappeler les noms et donner un visage à nos sœurs et frères de combat, tombé-es sous les coups des tueurs à gages du capital, des gouvernements corrompus qui assassinent leurs propres peuples. Rien d'étonnant que certains guérilleros des FARC aient repris les armes pour se défendre.

 

Antoine Manessis

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :