Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

                                    Maximilien Luce (1858-1941)   Hommage à la Commune.

 

 

Les Amies et Amis de la Commune de Paris de 1871 perpétue les idéaux de la Commune et fait connaître son histoire, ses animateurs, son rayonnement universel, son œuvre prémonitoire : l'école laïque et gratuite, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l'interdiction du travail de nuit, l'émancipation des femmes, l'autogestion des entreprises, l’égalité salariale homme-femme, la réquisition des entreprises et logements abandonnés, la révocabilité des élus : la Commune de Paris est une période révolutionnaire d’un grand intérêt, c'est un laboratoire d’idées nouvelles qui préfigurent les grandes lois sociales et républicaines de l’époque moderne. Un idéal d’une actualité brûlante dans un monde inégalitaire, dominé par le pouvoir de l’argent. Les Amies et Amis de la Commune de Paris 1871  a été créée en 1882 par des Communards de retour d’exil, l’association est la plus ancienne des organisations du mouvement ouvrier français. Elle est co-présidée par l'historien Roger Martelli.

La mairie de Paris en prévision de la célébration des 150 ans de la Commune avait prévu le vote d'une subvention à l' Association. Or la droite parisienne LR ne veut pas en entendre parler et ne veut pas accorder un centime. Un dénommé Granier prétend que les Ami-es de la Commune "glorifie les événements les plus violents de la Commune". Pense-t-il à la Semaine sanglante ? On peut en douter. Ce fut une période durant laquelle ses ancêtres politiques ont massacré des dizaines de milliers de Parisiennes et Parisiens qui exténués par un siège de quatre mois, écrasés d’humiliation par la défaite devant les Prussiens, portés par une flamme patriotique et révolutionnaire s'étaient  soulevés pour défendre le pays et contre une Assemblée nationale monarchiste.  La Commune fut la convergence de tous les progressistes : blanquistes, proudhoniens, libertaires, républicains, internationalistes. Cette diversité, complexe et parfois explosive, fut la richesse de la Commune, la seule manière pour elle d’embrasser toutes les dimensions de la réalité sociale. 

Pour confirmer son ignorance et sa haine de classe M. Granier évoque "les incendies de la Commune qui ont ravagé des pans entiers de la capitale", et accuse la maire socialiste, Anne Hidalgo, "d’ânonner" à ce sujet "une série de contre-vérités historiques" dans le seul but de ressouder les socialistes, les communistes et les écologistes, en vue de son "projet présidentiel". Celui-ci, ajoute notre édile LR et "versaillais" bien que parisien, "rassemblera certainement moins de personnes que les dix millions de Français qui ont participé à la souscription nationale pour l’édification du Sacré-Cœur".

On sait que l’édification de la basilique est en effet liée à la répression féroce de la Commune de Paris en 1871 par Adolphe Thiers, Mac Mahon et Galliffet, soutenus avec ardeur par une Assemblée nationale majoritairement monarchiste. La Semaine sanglante, du 21 au 28 mai 1871 fera entre 20.000 et 30.000 Parisiens tués, et 40.000 arrêtés traduits en Conseils de guerre, plus quelques milliers de déportés en Nouvelle Calédonie dont Louise Michel. Voilà pourquoi cet édifice n’est pas en odeur de sainteté pour les citoyens républicains. Mais ce n'est semble-t-il pas les cas des élus L"R" admirateurs du "nabot sanglant", comme Marx nommait Thiers.

“Nous nous rappelons cette butte garnie de canons, sillonnée par des énergumènes avinés, habitée par une population qui paraissait hostile à toute idée religieuse et que la haine de l'Église semblait surtout animer” disait monseigneur Félix Fournier (1803-1877 dignitaire de l'église catholique et homme politique français) pour qui la défaite de la France dans la guerre franco-prussienne de 1870 était une punition divine pour un siècle de déchéance morale depuis la révolution de 1789. Pour d’autres conservateurs la basilique est au sommet de Montmartre pour “expier les crimes des fédérés” (c’est-à-dire les Communards)…Les LR se placent avec franchise reconnaissons-le dans le sillage et l'héritage de la plus sombre des réactions.

Merci pour cette piqûre de rappel utile en ces temps de confusion.

 

Antoine Manessis.

 

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :