Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

La mort de Valéry Giscard a été l'occasion pour Emmanuel Macron de tenter une opération de communication pour son propre compte : son hommage à Giscard ressemblait à une  plaidoirie pro domo. "Miroir mon beau miroir qui est le meilleur président de la République?" Réponse de Macron : moi qui ressemble à Giscard en plus frais, un Giscard du XXIe siècle.

Parallèlement à Macron la campagne médiatique s'est mise en branle. "Réformateur et européiste" ont entonné les médias aux ordres, ressortant de leurs greniers, comme France 2, Jean-Pierre Elkabach...l'image même de modernité...

Il est vrai que Giscard a eu l'habileté de mettre le pays à l'heure des exigences qui s'étaient exprimées avec vigueur depuis 1968 : l'IVG - mais il lui fallut les voix des députés de gauche pour y parvenir - le vote à 18 ans, le divorce par consentement mutuel etc. des adaptations bienvenues que le président parvint à imposer à sa majorité conservatrice.

Giscard ce fut aussi le début d'une utilisation de la communication politique qui venait des Etats-Unis. Après Martine à la campagne, nous avions Valéry au foot, à l'accordéon, avec les éboueurs de l'Elysée et s'invitant chez des "Français moyens" (?). Un pipeau qui n'eut qu'un impact très relatif : il faut dire que la crise du capitalisme, baptisée et donc camouflée en "choc pétrolier", avait fait exploser le nombre de chômeurs de 400.000 en 1974 à 1.600.000 en 1981.Les simagrées du grand bourgeois voulant faire "peuple" ont vite fait pschitt. Le propriétaire de châteaux somptueux, le chasseur d'éléphants, les poches pleines des diamants de mauvaise qualité de son ami Bokassa Ier Empereur, ont vite chassé l'accordéoniste.

De plus Giscard c'est le prodrome du néolibéralisme : les fonctionnaires sont "des nantis" déclare son premier ministre Raymond Barre. Barre qui met en action un "plan d'austérité" lui qui considère que les emplois publics  "mènent à la régression économique". VGE ? Le thatchérisme avant Thatcher et moins brutalement du fait du rapport des forces politiques de l'époque avec une CGT puissante et un PCF encore influent et actif, et idéologique avec un PS qui prétendait "rompre avec le capitalisme"...on était loin du "socialisme de marché" cher à Jospin et à Xi Jin Ping.

Giscard inventa le CDD (contrat à durée déterminée) promis à un bel avenir. Il casse le textile et la sidérurgie (Mitterrand finira le travail).En 2014 Giscard dira encore "Le Français  a encore tendance à ignorer ce qui se passe à Shanghai ou dans la Silicon Valley, il n’en a pas vraiment idée. Il a les yeux rivés sur son propre système et ne comprend pas pourquoi on veut lui retirer une partie de ses acquis…" Quels crétins ces Français ! 

Et VGE continue de se vanter "Dans le domaine économique, il existait à l’époque un système de contrôle des prix fixés par l’administration, comme ceux du croissant et de la baguette de pain. Avec le Premier ministre Raymond Barre, nous avons réussi à y mettre fin. Et lorsque nous avons quitté les affaires, à quelques exceptions près, comme pour le gaz et l’électricité, il n’y avait plus un seul prix administré dans le pays. Même pour le petit noir au comptoir."(source Paris Match 21/07/2014). 

Bref Giscard c'est une étape importante dans l'évolution du capitalisme, une étape importante vers le néolibéralisme. Une rupture avec le capitalisme "national" (de Gaulle) et la marche vers la mondialisation capitaliste.

Enfin Giscard c'est l'impérialisme français sans complexe. En Afrique VGE expédie des troupes pour protéger les intérêts du capital français et des ses marionnettes locales. On se souvient du Zaïre et de l'opération sur Kolwezi où Giscard joue au gendarme des occidentaux et va soutenir Mobutu, l'assassin de Lumumba vendu aux impérialistes belges, étasuniens et français. 

En Amérique Latine selon la journaliste, réalisatrice et lauréate du Prix Albert-Londres en 1995, Marie-Monique Robin, le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing aurait secrètement collaboré avec celui d’Augusto Pinochet dans le cadre de l’opération Condor. Après deux années d’enquête en Amérique Latine et en Europe, Marie-Monique Robin raconte cette histoire dans un livre et un documentaire intitulés "Escadrons de la mort, l’école française". La journaliste explique comment au cours des années 1970-1980, d’anciens généraux français ont été impliqués dans cette opération Condor en enseignant leurs méthodes de lutte antisubversive à leurs homologues latino-américains. Cette mission consistait en une vaste campagne d’assassinats de sympathisants de la gauche latino-américaine. 

Last but not least VGE, l'européiste acharné, l'ami de Helmut Schmid le chancelier allemand (SPD), jeta les bases de l'Euro dont nous apprécions chaque jour la nocivité et l'hégémonie germanique qu'il implique. Fort heureusement le peuple français a eu l'occasion de dire une deuxième fois NON à Giscard et à son projet de constitution européenne porté par tous les médias, les droites et le PS. 

Nous ne serons donc pas de ceux qui versent des larmes sur le septennat de Giscard. Il fut le serviteur zélé du grand capital contre les intérêts de son pays et de son peuple. Evidemment dans le respect que l'on doit à tout être humain qui meurt et à sa famille. 

Mais le jugement politique est sans appel.

Au revoir.

 

Antoine Manessis.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :