Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

Quelques nouvelles d'Amérique Latine transmises par Romain Migus et reprises par NBH depuis son site L2R Les 2 Rives

https://www.les2rives.info

Vous y trouverez infos, analyses, vidéos...toute l'actualité sur l'Amérique Latine et les Caraïbes. Nécessaire en ce temps de fake news des médias-chiens-de-garde.

NBH

 

 

Venezuela/UE

Dans la perspective des élections législatives du 6 décembre 2020, l'Union européenne a participé comme médiateur -avec la Turquie- à une série de réunions entre le gouvernement vénézuélien et l'opposition démocratique. L'objectif affiché était d'obtenir des "garanties électorales" de la part de l'État vénézuélien.

Après avoir obtenues toutes les garanties exigées, l'entité supranationale s'est retrouvée prise à dépourvu. En effet, le président Maduro et les autorités électorales vénézuéliennes ont invité formellement l'UE (et l'ONU) à participer aux élections en tant qu'observateur.

Soit l'UE acceptait, et de fait, assumait une politique étrangère en opposition avec les USA (qui viennent de nommer Guaido président à vie), soit elle déclinait l'invitation en affichant sa subordination à la politique étrangère de Washington. Malgré le fait que la date des élections est fixée depuis 5 ans, l'UE a prétexté un manque de temps pour organiser une mission d'observation électorale.

Malgré les discours de propagande ("L'Europe, c'est la paix"), l'entité supranationale se retrouve à soutenir l'option putschiste et militaire de Guaido au Venezuela.

 

Mexique

Le procureur spécial pour l'affaire Ayotzinapa, Omar Gómez Trejo, a annoncé que 70 mandats d'arrêt ont été obtenus contre des agents de la police fédérale, militaire, municipale et d'État de l'époque, ainsi que des fonctionnaires de l'ancien bureau du procureur général, liés à l'affaire Ayotzinapa.

Gomez Trejo a indiqué que sur les 70 mandats d'arrêt, 34 ont été exécutés, "notre engagement est de continuer à rechercher et à identifier chacun des étudiants disparus, l'unité d'enquête ne va pas s'arrêter, nous allons continuer à chercher", a-t-il ajouté.

"Les résultats des nouvelles enquêtes montrent que sous le gouvernement précédent (du président Enrique Peña Nieto), il y a eu une inaction pour faire taire la recherche et la vérité, pour cacher des choses par une vérité qui n'existait pas", a déclaré le procureur Trejo.

Trejo a également souligné que lors de la dernière administration, il y a eu une tentative de laisser impunis les responsables de la disparition des 43 normalistes d'Ayotzinapa, "la dissimulation des responsables de l'événement est confirmée", a-t-il ajouté.

Les déclarations du procureur ont été faites dans le cadre de la commémoration des six ans de la disparition des étudiants d'Ayotzinapa. L'événement solennel a été mené par le chef de l'État, Andrés Manuel López Obrador, qui a promis de ne persister sur la clarification de l'affaire.

"Il y a des conditions imbattables pour savoir où se trouvent ces personnes et nous allons tous nous sentir très satisfaits quand nous n'aurons plus de doutes", a déclaré le président mexicain.

Lors de la cérémonie au Palais national, à laquelle ont assisté certains des parents des victimes, Lopez Obrador a reconnu que son gouvernement ne protège personne et qu'il n'y a pas d'impunité comme les années précédentes.

 

Honduras

 

Le journaliste hondurien Luis Almendares est décédé lundi dernier après avoir été victime d'une attaque criminelle lors d'une émission en direct sur Facebook, qui lui a causé de graves blessures.

L'événement s'est produit à Comayagua, dans le centre du Honduras. Il a été transféré d'urgence à l'hôpital Santa Teresa et admis en salle d'opération en raison de la gravité de ses blessures.

Le journaliste Almendares n'a pas résisté aux blessures causées par les balles qu'il a reçues lors de l'attaque et est décédé à l'hôpital le lundi 28 septembre.

Les officiers de police ont commencé une série d'opérations pour capturer les auteurs du meurtre.

Selon les habitants du quartier, le journaliste était en route pour faire des courses dans son quartier lorsqu'il a été soudainement intercepté par deux individus à moto, qui lui ont tiré dessus à plusieurs reprises et se sont enfuis.

Les médecins de l'hôpital ont indiqué que la victime avait reçu trois balles, deux fois sur le côté gauche et une fois sur le côté droit de la poitrine.

Son compte Facebook a enregistré le moment où Almendares a appelé à l'aide, alors que certains voisins ont tenté de l'aider afin qu'il puisse être conduit à l'hôpital pour sauver sa vie.

"Je viens de me faire tirer dessus, aidez-moi s'il vous plaît", ont été les appels au secours du journaliste.

L'Association des journalistes honduriens a condamné le meurtre du journaliste et a exigé que les organes d'enquête de l'État mènent une enquête exhaustive pour trouver les responsables, ajoutant que "la vérité n'est pas réduite au silence par le meurtre de journalistes.

Trois jours plus tôt, le journaliste avait diffusé une vidéo dans laquelle plusieurs personnes auraient été tuées par balle depuis un véhicule prétendument de la police.

Le journaliste menait un programme de plaintes sur les réseaux sociaux, qui compte plus de 23 000 adeptes.

 

https://www.les2rives.info                 SOUTENEZ L2R !Les 2 Rives

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :