Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

                                 Le siège du gouvernement à Minsk, capitale de la Biélorussie.

 

 

Score soviétique pour Loukachenko : 80% des électeurs Biélorusses ont voté pour lui.

Il obtient ainsi à 65 ans un sixième mandat. Ça doit en faire rêver plus d'un. Contre lui l'épouse d'un opposant,  Svetlana Tikhanovskaïa, qui obtient 10%. Une opposition minoritaire composée de néolibéraux et de nationalistes. L'organe central et officiel du Capital, Le Monde, appelle au Djihad contre le "dernier dictateur d'Europe".  

En fait Loukachenko apparaît aux yeux de nombre de Biélorusses comme une protection contre le capitalisme sauvage, le néolibéralisme. Certes on trouve les défauts du système biélorusse – salaires faibles, incohérence des décisions prises "en haut", vie démocratique insatisfaisante, etc. – mais le peuple manifeste son attachement à ce système économique qui assure stabilité et prévisibilité : sécurité de l’emploi, réduction de l’incertitude, niveau minimum de bien-être garanti, etc. Ce qui n'est pas rien quand on sait combien les thérapies libérales de choc ont plongé les peuples de l'Est dans la misère et le chômage de masse.

Rien d'étonnant donc à la victoire de Loukachenko qui est populaire chez les travailleurs et les paysans.

Certes la recette du président biélorusse contre le Coronavirus est surprenante: "100 grammes de Vodka pour se laver l'intérieur". Mais ce ne sont pas les Etats-Unis, avec un président qui suggère une injection d'eau de javel aux citoyens étasuniens, qui vont donner des leçons...ni Macron dont l'avis sur le masque a changé environ 187 fois.

Certes à part quelques nostalgiques du Jurassic park soviétique personne ne proposera ce système comme alternative au capitalisme en France. On peut espérer mieux. Cela étant si l'on compare la Biélorussie à la Russie ou l'Ukraine, il n'y a pas photo : les gens ordinaires (pas les oligarques) vivent mieux à Minsk qu'à Moscou ou Kiev. Mais encore faut-il en convaincre une jeunesse "classe moyenne" qui sans connaître l'Ouest est attirée par le mirage. Comme en URSS avant l'effondrement...ce sont eux qui ont voté pour l'opposition néolibérale.

Cela dit Loukachenko est un politique habile : il tente de protéger l'indépendance de son pays en jouant la Russie contre les Occidentaux et, selon la conjoncture, les Occidentaux contre la Russie. "Trouver l'équilibre entre les deux côtés est une question de survie pour nous" déclarait le ministre des affaires étrangères biélorusse. Quand le FMI exige, en échange de prêts, des privatisations et la fin du contrôle des prix Loukachenko refuse et réplique "Il est plus facile d'enrichir 1000 oligarques que de créer une vie normale pour des millions de gens". Pas faux. Et n'est-ce pas cela que "nos" médias qui appartiennent à des oligarques français ne pardonnent pas au président biélorusse?

D'ailleurs avez-vous remarqué que nos chers médias ne parlent jamais d'oligarques français? Ils sont toujours russes, chinois, libanais et que sais-je encore mais jamais français : demandez-vous pourquoi...

Cette politique relativement autoritaire (beaucoup moins par exemple que nos grands amis saoudiens ou égyptiens), sociale et indépendante (beaucoup plus que Macron) est, en tous les cas, considérée par la majorité du peuple biélorusse comme la moins pire des solutions. Ce "socialisme de marché" a selon la Banque Mondiale "réduit les niveaux de pauvreté de façon significative, a maintenu une ample couverture de services de santé et d’éducation et a accompli cela sans un accroissement des inégalités. Les mesures politiques mises en place ont réussi à maintenir le niveau de vie et à réduire la pauvreté mieux que dans plusieurs économies en transition". Si la Banque Mondiale le dit...ne soyons pas plus royalistes que le roi et plutôt que de céder à la propagande anti-biélorusse et en fait dirigée contre une politique sociale soutenue par l'écrasante majorité du peuple, disons-nous que, s'il n'y a évidemment pas de modèle, nous devons garder la lucidité d'analyser les situations dans leur contexte historique, social, culturel. 

Répondant à Condoleeza Rice, inoubliable secrétaire d'Etat de W. Bush, qui avait désigné la Biélorussie comme "avant-poste de la tyrannie" , Loukachenko avait dit " Dites moi, chère représentante de la démocratie, pourquoi avez-vous détruit l'Irak ? C'est un crime international. Pourquoi n'êtes vous pas tenue responsable de ça ? De quelle démocratie peut-on parler après que des milliers d'Irakiens mais aussi des Américains aient été tués ? des gens qui avaient des enfants, des familles" .

Il semble que le peuple biélorusse ait hérité de son histoire une grande capacité à résister. C'est en Biélorussie que le mouvement des Partisans anti-nazi fut le plus fort. Il en reste quelque chose.

 

Antoine Manessis.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :