Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

                 Le maître et ses serviteurs, Trump avec Benyamin Netanyahou et  Mohammed ben Zayed 

 

L’accord annoncé le 13 août, par Israël et les Emirats arabes unis, doit mener à une normalisation de leurs relations, à l’ouverture d’ambassades et de liaisons aériennes directes.

Les Etats-Unis et ses caniches, Paris et Londres, se réjouissent de voir leurs deux alliés officialiser des relations de fait entre les Emirats et Israël. Dans cette affaire Nétanyahou ne fait aucune concession aux Palestiniens. Des négociations avec les Palestiniens semblent donc enterrées un peu plus encore.

Les Etats arabes du Golfe viennent officiellement d'acter avec cet accord leur abandon de tout soutien aux Palestiniens. Une trahison de plus des Etats arabes dont les peuples arabes devront se souvenir. D'autant qu'Abou-Dhabi cautionne l'occupation en vigueur dans les territoires depuis 1967.

Cet accord accentue la tension déjà forte dans la région avec la rivalité géopolitique entre l'Iran et le couple Arabie Saoudite et Israël et les risques de voir la situation dégénérer en conflit régional. Le Yémen en paye déjà le prix et le Liban vit sur un volcan, puisque face aux relais locaux des occidentaux ( sunnites et chrétiens), le Hezbollah est en étroite relation avec l'Iran.

L'Arabie Saoudite, parfaitement informée de cet accord, a choisit de jouer à "qui ne dit mot consent". En attendant qu'un accord en bonne et due forme entre Israël et le royaume saoudien ne soit porté sur les fonds baptismaux par Trump.

Une réunion de la Ligue arabe, réclamée par l’Autorité palestinienne, se fait attendre. Elle devra sceller la mort de la position commune établie depuis 2002, qui conditionne la normalisation des relations avec Israël à la création d’un Etat palestinien sur les territoires de 1967, débarrassés des colonies, avec Jérusalem-Est pour capitale.

En fait les Etats du Golfe sont totalement inféodés à l'impérialisme étasunien et européen et font pièce aux côtés d’Israël, devenu un allié objectif, à l’influence iranienne et turque. Ils sont les Harkis de l'Empire américain, évitant à celui-ci d'être en première ligne. Retour des dictatures pro-occidentales dans le monde arabe, ébranlées par les vagues populaires et par la présence russe en Syrie. La cause palestinienne est sacrifiée sur l'autel des intérêts des oligarchies arabes qui n'ont d'ailleurs jamais supporté le potentiel révolutionnaire de la lutte palestinienne.

La solution à deux Etats s'enfonce inexorablement  dans les sables mouvants des déserts d'Arabie.

Pour les Palestiniens ne reste plus que la lutte contre l’occupation.

 

Antoine Manessis.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :