Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

                                                                       Leon Rosselson

 

 

A l'occasion du 1er Mai, fête internationaliste par excellence, NBH vous offre cette très belle chanson du chanteur britannique Leon Rosselson, Song of the Old Communist (Chanson du vieux communiste).

 

Ce chanteur et écrivain, né en 1934, est un progressiste et cette chanson montre avec finesse et profondeur sa proximité fraternelle, lucide et populaire avec le communisme. 

La grande force de cette chanson c'est sa vérité, simple et émouvante et finalement, contrairement à ce que pourraient dire des esprits étroits, nostalgique sans être défaitiste.

Cette chanson est un chant révolutionnaire car il dit la vérité. Celle d'un travailleur, ses espoirs et ses luttes.  Il dit aussi la victoire du néolibéralisme et les trahisons.

Mais sa vie n'est pas terminée, le vieux communiste a des choses à dire. Et sa vie comme ces choses disent que le combat pour la justice, pour la classe, pour la paix, pour la fraternité continuera toujours. 

 

NBH

 

Song of the old communist

Leon Rooselson - 1991

 

He was one of those dogged old men
Who lived in the past telling stories you don't want to know
About how it was then: the hunger, the hardship
The hopes and the struggles of so long ago

 

And we must have looked bored
For like sparks from the cinders
How eyes glowed with anger, his words seemed to burn
He said "I will be heard for my life is not yet over,
I've something to say yet, you've something to learn"

 

He said, "You who have nothing at all to believe in
To you whose motto is 'money comes first'
Who are you to tell us that our lives have been wasted
That all we've fought for has turned into dust?"

 

"I was only a lad when we read that in Russia
The workers, the Soviets, had taken all power
And the man they called Lenin who led them
Was our inspiration, his triumph was our finest hour"

 

"And I'll always remember how fear shook the wealthy
Like thieves who have just been caught out in their crime
But we who had known only war and the workhouse
Rejoiced that a new world was born in that time"

 

"You can't know what it meant or the pride that we felt
To know working people, people like us
Could shake off the shackles could topple the palaces
Remake the world without ruler or boss"

 

"It was this kept us going this dream of a new world
Through all those dark years of defeat and despair
When we who were proud to proclaim ourselves Communists
Fought for that world free from hunger and fear"

 

"It was 'down with the means test, no cuts in our wages'
'We want three pounds a week and a seven hour day'
And there wasn't a thing that we got but we fought for it
Don't you know bosses give nothing away?"

 

"And the strikes and the marches the battles to beat off
The bailiffs and coppers when hope was still young
Hot heads and hot hearts as we tested our power
'The Workers Triumphant, ' that was our song"

 

For a time he was silent and lost in his memories
Then but more softly his words came again
"Perhaps we fought for too much perhaps the cost was too much
There are things I know now that I couldn't know then"

 

"We believed revolution was just 'round the corner
And we were the vanguard to bring it about
And the other Left parties we classed as class traitors
Bourgeois social fascists of that we'd no doubt"

 

"And then the times changed we campaigned for the Popular Front
The old line might never have been
But we led the workers in combatting fascism
Mosley in London and Franco in Spain"

 

"We believed we were history's chosen
And Soviet Russia our future our heart and our soul
And the Five Year Plan was a vision of plenty
To us who'd spent half our lives on the dole"

 

"We knew of the trials and purges of course
And were shocked when we heard those old comrades confess
But yes we defend the first Workers State
In the face of the slander and lies of the press"

 

And you who have nothing at all to believe in
To you whose motto is money comes first
Who are you to tell us that our lives have been wasted
That all that we've fought for has turned into dust

 

You may think we were duped well we paid for our dreams
Broken lives, broken marriages, jobs lost and jail
Some lost heart in the Left, some betrayed us for medals
There are always some turncoats whose souls are for sale

 

But the best of us never surrendered our vision
And we kept the faith through the bleakest defeat
Do you think that was easy surrounded by hatred
The sneer of indifference the hurt of deceit

 

And our lives were made rich by the cause that we fought for
The friendship the fellowship sharing one pain
To transform society end exploitation
And that day will come yet but not in my time

 

Again he was silent and what could we tell him
That the world now was different that he'd had his day
That an old man's dreams were not our concern
But still, there was something he wanted to say

 

Now when I look back I see what we fought against
Homelessness hunger injustice and war
But what did fight for? What dream did we strive for?
I used to know once now I'm no longer sure

 

But you who have nothing at all to believe in
To you whose motto is 'money comes first'
Who are you to tell us that our lives have been wasted
That all that we've fought for has turned into dust

 

He was one of those lonely old men
Who live in the past telling stories you don't want to know
About how it was then the hunger, the hardship
The hopes and the struggles of so long ago

 

Traduction en français (Deepl)

 

Il était un de ces vieux hommes tenaces
Qui a vécu dans le passé en racontant des histoires que vous ne voulez pas savoir
Comment c'était à l'époque : la faim, les difficultés
Les espoirs et les luttes d'il y a si longtemps


Et nous avons dû avoir l'air de nous ennuyer
Car comme les étincelles des cendres
Comment les yeux brillaient de colère, ses mots semblaient brûler

 

Il a déclaré : "Je serai entendu, car ma vie n'est pas encore terminée,
J'ai déjà quelque chose à dire, vous avez quelque chose à apprendre".

 

Il a dit : "Vous qui n'avez rien à croire du tout
Pour vous dont la devise est "l'argent d'abord".
Qui êtes-vous pour nous dire que nos vies ont été gâchées
Que tout ce pour quoi nous nous sommes battus s'est transformé en poussière ?"

 

"Je n'étais qu'un gamin quand on a lu ça en Russie
Les travailleurs, les Soviétiques, avaient pris tout le pouvoir
Et l'homme qu'ils appelaient Lénine qui les dirigeait
C'était notre inspiration, son triomphe a été notre heure de gloire".

 

"Et je me rappellerai toujours comment la peur a secoué les riches
Comme les voleurs qui viennent d'être pris sur le fait
Mais nous qui n'avions connu que la guerre et le travail
Nous réjouissions qu'un nouveau monde soit né à cette époque".


"Vous ne pouvez pas savoir ce que cela signifiait ni la fierté que nous avons ressentie
Pour connaître les travailleurs, des gens comme nous
Pourrait se débarrasser des chaînes, pourrait renverser les palais
Refaire le monde sans dirigeant ni patron".


"C'est ce qui nous a permis de poursuivre ce rêve d'un monde nouveau
À travers toutes ces sombres années de défaite et de désespoir
Quand nous, qui étions fiers de nous proclamer communistes
Combattu pour un monde libéré de la faim et de la peur".


C'était "à bas les tests de performance ! Pas de réduction de nos salaires !".
Nous voulons trois livres par semaine et une journée de sept heures
Et nous n'avons rien obtenu, mais nous nous sommes battus pour cela
Ne savez-vous pas que les patrons ne donnent rien ?"


"Et les grèves et les marches les batailles à mener
Les huissiers et les policiers quand l'espoir était encore jeune
Têtes et cœurs brûlants à l'épreuve de notre pouvoir
Les travailleurs triomphent, c'était notre chanson".


Pendant un certain temps, il est resté silencieux et perdu dans ses souvenirs
Puis, mais plus doucement, ses paroles sont revenues
"Peut-être nous sommes-nous trop battus, peut-être le coût était-il trop élevé
Il y a des choses que je sais maintenant et que je ne pouvais pas savoir à l'époque".

 

"Nous pensions que la révolution était au coin de la rue
Et nous avons été l'avant-garde pour y parvenir
Et les autres partis de gauche que nous avons classés comme traîtres aux classes
Des fascistes sociaux bourgeois, de cela nous n'en doutons pas"

 

"Et puis les temps ont changé, nous avons fait campagne pour le Front Populaire
L'ancienne ligne n'aurait peut-être jamais été
Mais nous avons dirigé les travailleurs dans la lutte contre le fascisme
Mosley à Londres et Franco en Espagne".


"Nous avons cru que nous étions les élus de l'histoire
Et la Russie soviétique, notre avenir, notre cœur et notre âme
Et le plan quinquennal était une vision d'abondance
À nous qui avons passé la moitié de notre vie au chômage".

 

"Nous connaissions les procès et les purges bien sûr
Et nous avons été choqués lorsque nous avons entendu ces vieux camarades avouer
Mais oui, nous défendions le premier État ouvrier
Face aux calomnies et aux mensonges de la presse"

 

Et vous qui n'avez rien à croire du tout
Pour vous qui avez pour devise l'argent, l'argent vient en premier
Qui êtes-vous pour nous dire que nos vies ont été gâchées
Que tout ce pour quoi nous nous sommes battus s'est transformé en poussière

 

Vous pensez peut-être que nous avons été bien dupés : nous avons payé pour nos rêves
Vies brisées, mariages brisés, emplois perdus et prison
Certains ont perdu courage à gauche, d'autres nous ont trahis pour des médailles
Il y a toujours des renégats dont l'âme est à vendre

 

Mais les meilleurs d'entre nous n'ont jamais abandonné leur vision
Et nous avons gardé la foi dans la plus sombre des défaites
Pensez-vous que c'était facile, entouré de haine
Le ricanement de l'indifférence la douleur de la tromperie

 

Et nos vies ont été enrichies par la cause pour laquelle nous nous sommes battus
L'amitié la fraternité partageant une même douleur
Pour transformer la société et mettre fin à l'exploitation
Et ce jour viendra, mais pas en mon temps

 

Une fois de plus, il est resté silencieux et que pouvons-nous lui dire
Que le monde était maintenant différent de celui qu'il avait connu
Que les rêves d'un vieil homme ne nous concernent pas
Mais il y avait quand même quelque chose qu'il voulait dire

 

Maintenant, quand je regarde en arrière, je vois ce contre quoi nous nous sommes battus
Les sans-abri, la faim, l'injustice et la guerre
Mais pour quoi s'est-on battue ? Pour quel rêve avons-nous lutté ?
Je le savais autrefois, mais je ne suis plus sûr

 

Mais vous qui n'avez rien à croire du tout
Pour vous dont la devise est "l'argent d'abord".
Qui êtes-vous pour nous dire que nos vies ont été gâchées
Que tout ce pour quoi nous nous sommes battus s'est transformé en poussière

 

Il était l'un de ces vieux hommes solitaires
Qui vivent dans le passé en racontant des histoires que vous ne voulez pas savoir
Sur la façon dont c'était alors, la faim, la misère
Les espoirs et les luttes d'il y a si longtemps


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :