Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

                                   Les troupes vietnamiennes prennent le palais présidentiel à Saïgon

 

 

Le 30 avril 1975 les troupes du Front National de Libération  et l'Armée Populaire du Vietnam libéraient Saïgon. Les États-Unis quittaient le Vietnam battus par un peuple et son Parti communiste. Les images des derniers hélicoptères américains fuyant des toits de l'ambassade étasunienne à Saïgon, embarquant à leur bord les derniers "fantoches" du régime sud-vietnamien soutenu pas les États-Unis, symbolisent cette défaite historique de l'impérialisme.

Pendant que les troupes vietnamiennes pénétraient dans le palais présidentiel après une offensive foudroyante du général  Van Tien Dung ​​​​​, lancée le 10 mars, les troupes du régime pro-américain s'effondrent et le peuple vietnamien se soulève partout, accélérant la réunification de leur pays.

 

Ce jour mettait fin à une guerre de libération longue de trente ans. Le peuple vietnamien avait battu les impérialistes japonais, français et enfin étasuniens.

Le Vietnam fut soutenu par toutes les forces progressistes du monde, y compris aux États-Unis et par tous les pays socialistes. Symboliquement encore Saïgon était baptisé Ho-Chi-Minh-Ville, du nom du dirigeant du Parti communiste vietnamien et de la lutte pour l'indépendance du pays. Le PCV avait su s'identifier au combat patriotique rassemblant autour de lui un vaste front. Contre certains courants de l'Internationale communiste, Ho-Chi-Minh su garder le cap du front populaire et patriotique qui lui permit de vaincre (lire l'excellent livre Ho-Chi-Minh. Écrits et combats. d'Alain Ruscio).

 

Dans le monde entier cette victoire eut un écho immense et fut un encouragement pour tous combattants de l’émancipation nationale et sociale en particulier dans la Tricontinentale (Asie, Afrique et Amérique Latine). Dans les pays capitalistes avancés une partie de la jeunesse travailleuse et étudiante fit ses premières armes dans le combat pour la solidarité avec le Vietnam.

Au terme de sacrifices énormes, inouïs, le "Vietnam héroïque", comme l'avait baptisé Fidel Castro, montrait au monde qu'un petit peuple pouvait résister puis battre le plus puissant pays du monde. C'est pourquoi le même Castro, en pleine préparation de la Tricontinentale, décida que l'année 1967 serait "l'année du Vietnam héroïque". C'est pourquoi Che Guevara lança le slogan "Créer deux, trois, plusieurs Vietnam".

On estime à deux millions les pertes vietnamiennes contre 50.000 morts étasuniens. Encore aujourd'hui les Vietnamiens souffrent des conséquences de la guerre, des bombardements massifs des B52 et des armes chimiques (le fameux Agent Orange fabriqué par Monsanto), du napalm et des mines utilisées par les troupes étasuniennes.

L'Union Soviétique et la Chine contribuèrent aussi à cette victoire par leurs actions de solidarité, militaire, diplomatique, politique. Mais elles le firent de façon paradoxale car le conflit sino-soviétique avait éclaté peu après les XXe et XXIIe congrès du PCUS. Aussi y a-t-il eut concurrence entre les deux pays, y compris dans l'aide au Vietnam. Jusqu'en 1960 l'aide soviétique était moitié moindre que celle de la Chine. Puis l'influence de l'URSS pris le dessus car la Chine rejetait les négociations entre le Vietnam et les États-Unis, voulant la victoire de la "guerre populaire". De plus, l'URSS voulait un règlement négocié au Vietnam pour pouvoir poursuivre sa politique de "détente" et faire avancer le désarmement nucléaire à Helsinki. La Chine quant à elle craignait alors une entente entre Union Soviétique et États-Unis contre elle. En fait les positions "dures" des Chinois et "modérées" des Russes étaient guidées par des considérations essentiellement nationales. D'ailleurs, on vit plus tard cela sous une autre forme,  avec l'entente sino-américaine contre l'URSS, loin des discours incendiaires de la direction maoïste... Reste que les Vietnamiens furent assez habiles pour profiter du conflit entre les deux grands du communisme et en terme d'aide et aussi en terme d’indépendance à l'égard des deux "protecteurs".

 

Le 30 avril 1975 reste une immense victoire du peuple vietnamien et souleva une vague d'espoir et de combativité sur tous les fronts mondiaux. "Le fond de l'air était rouge" comme le disait le magnifique documentaire de Chris Marker.

 

 

Antoine Manessis.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :